Aaah la Californie… On imagine tout de suite les palmiers, Los Angeles, San Francisco… Mais non, pas cette fois-ci en tout cas. Nous nous sommes volontairement concentrés sur la Californie Intérieure avec Joshua Tree et la Death Valley. Cette année, c’était « voyage nature », on se concentrera sur les villes une prochaine fois :)

La Californie, c’est une très belle introduction à un road trip dans l’Ouest des États-Unis. Palm Srings et Joshua Tree ne sont qu’à 1h/2h de Los Angeles, donc ça permet de ne pas trop rouler, tout en découvrant vite et sans trop se fatiguer de petites merveilles.
La Death Valley, au contraire, a été notre dernière étape de ce road trip, trois semaines après être arrivés à LA. Une étape encore une fois pleine de surprises, à l’image au final de ce qu’on a pu vivre tout au long de ce magnifique voyage…

Si ce n’est pas déjà fait, on vous invite à lire notre article précédent sur la découverte des parcs de l’Ouest américain. Un vrai guide pratique sur l’organisation d’un tel road trip : on y donne plein de conseils sur le budget, les billets d’avion, les formalités, les motels, les campings… Tout pour organiser un voyage mémorable !

California Dream : Joshua Tree, Palm Springs et la Death Valley

1. Joshua Tree National Park
2. Palm Springs
3. Death Valley

Palm Springs
Joshua Tree
Palm Springs
Palm Springs
Death Valley National Park
Joshua Tree & Palm Springs

1. Joshua Tree National Park

C’est le premier parc de l’Ouest que nous avons visité lors de notre road trip aux État-Unis et c’est l’un de nos petits chouchous. On a adoré y venir au lever du soleil et quelques heures avant le coucher, car c’est à ces moments que le parc révèle tout son potentiel. Imaginez cette fabuleuse lumière sur la végétation et le jeu des ombres qui s’en suit… Magnifique !

On a vraiment été surpris par la grandeur de Joshua Tree. Il faut compter plus d’1h30 pour le traverser entièrement sur la Scenic Drive, la route qui traverse le parc du nord-ouest au sud-est.
La partie Nord est la plus intéressante car c’est celle qui concentre tous les arbres de Josué. Le centre, quant à lui, est plus désertique et le Sud ressemble davantage au nord mais avec une densité de végétation moindre.

Joshua Tree National Park
Scenic Drive Joshua Tree National Park

a/ Que faire et voir à Joshua Tree NP ?

Pour accéder au parc, on trouve 3 entrées : une au nord-ouest près de Yucca Valley et Joshua Tree (la ville), une au nord près de Twentynine Palms et une autre au sud qui donne sur l’I10. L’accès par le nord-ouest permet d’être directement au cœur de la végétation. Il n’y a plus qu’à emprunter la Scenic Drive et à se laisser porter !

Si vous ne comptez pas traverser le parc et que vous venez du nord, on conseille de ne pas aller plus que Cholla Cactus Garden, puisque la suite au sud est quand même — avouons-le — beaucoup moins intéressante.

Pour ce parc, nous avions le pass annuel Interagency « America The Beautiful » à 80 $ par véhicule, il est très souvent rentable au bout de 3 parcs visités. Sinon, l’entrée est à 25 $.

___

Les points de vue

  • Keys View est le seul point de vue du parc situé au bout d’une route en cul-de-sac. Le mieux c’est d’y aller juste avant le coucher de soleil pour observer les belles nuances du ciel qui s’entremêlent à celles des montagnes du désert.

___

Les randonnées

Selon nous, aucune randonnée ne ressort plus qu’une autre dans ce parc. Elles sont toutes faciles et se ressemblent plus au moins. On recommande d’en choisir une qui sillonne les célèbres arbres de Josué.

Quelques idées de randonnées/balades :

  • Barker Dam, on aime bien celle-ci qui navigue entre les arbres, avec en bonus une réserve d’eau créée suite à l’édification d’un barrage par les éleveurs de l’époque. On a pu la faire au coucher de soleil et les couleurs du soleil tapant sur les arbres étaient juste… fabuleuses ! De loin notre préférée ! (Boucle de 2 km, 30 min)
  • Cholla Cactus Garden, une courte balade qui permet de découvrir un autre visage de Joshua Tree National Park, à travers un jardin de cactus comme son nom l’indique. (Boucle de 400 m, 15 min)

b/ Combien de temps pour visiter Joshua Tree NP ?

Pour bien profiter du parc, on recommande d’y passer une journée, ce qui permet d’avoir le temps de bien s’imprégner de l’ambiance des lieux. Une demi-journée peut suffire si vous êtes pressés : à ce moment-là, concentrez-vous uniquement sur la partie Nord du parc.

c/ Où dormir à Joshua Tree National Park ?

On a eu la chance de trouver une petite maison/cabane en plein désert en fouillant un peu sur internet. Imaginez-vous : pas un chat au kilomètre à la ronde, dans une cabane bourrée de charme, dans son jus et avec en prime, une douche (chaude on vous rassure !) à l’extérieur. Quelle aventure et quels souvenirs de prendre sa douche dehors avec la vue sur le désert californien… Magique !!
On garde vraiment un merveilleux souvenir des deux nuits passées dans notre petite cabane en plein désert aux alentours de Joshua Tree. Les sympathiques propriétaires en ont 3 comme celle-ci, et ils les louent sur Airbnb (une d’entre-elles a même été publiée dans le New York Times !).

On ne peut que vous recommander à 1000 % cette expérience hors du commun. On le dit souvent : le choix des logements a une grande importance dans le ressenti d’un voyage. Et s’il y a un endroit où il faut dormir à Joshua Tree, c’est bien ici !

Si vous n’êtes pas encore inscrits Airbnb (c’est encore possible ?), en vous parrainant, nous pouvons vous faire gagner 25 € sur votre prochain voyage (et du coup 15 € pour nous aussi !). Il suffit juste de cliquer sur ce lien.

___

L’autre alternative, toute aussi charmante, c’est bien sûr le camping pour être au cœur du parc national. À Joshua Tree, on en compte 8, dont 2 avec possibilité de réservation à l’avance. On vous fera prochainement un article sur le camping aux États-Unis avec tous nos bons conseils. Mais sachez que nous étions là-bas début mars, et les campings de Joshua Tree National Park étaient quasiment tous complets !

___

Au niveau des motels/hôtels, ils sont tous situés à l’entrée de Joshua Tree ou aux alentours. On a repéré le Super 8 Yucca Valley, le High Desert Motel et le Safari Motor Inn autour de 50-70 €/nuit. Sinon pour un peu plus, le Best Western Joshua Tree n’est pas trop mal.

2. Palm Springs

Cette ville est complètement surréaliste, elle pourrait sortir tout droit de l’imaginaire. Les pelouses sont toutes plus vertes les unes des autres, les golfs sont en plein milieux des habitations, les palmiers tapissent le ciel… alors que Palm Springs se situe en plein désert dans un environnement complètement aride. Une vraie oasis pour retraités créée de toute pièce !

Palm Springs nous rappelle fortement la ville de Seaheaven dans The Truman Show : tout semble surfait et cliché… La ville a ce côté pop qu’on retrouve aussi dans le film, avec ses quartiers entiers de maisons blanches aux portes colorées. La plus connue : la maison à la porte rose #thatpinkdoor qu’on a beaucoup vu ces dernières années sur Instagram.

a/ Que faire à Palm Springs ?

Une jolie balade architecturale dans les quartiers résidentiels de Palm Springs

Comment ne pas tomber sous le charme de l’architecture des maisons de Palm Springs ? C’est un peu le jeu de « Qui aura la plus belle et la plus grande des maisons, avec la porte colorée la plus cool du quartier ». Pas facile de trouver le gagnant, ça bataille sévère !

On en a parlé plus haut, il y a cette maison à la porte rose, située au 1100 sur la Sierra Way, qu’on a tous vu sur Instagram. Face à l’affluence, les propriétaires ont même installé un écriteau « No Photo » sur leur pelouse. Tant pis, on prendra d’autres maisons en photos, puisqu’elles sont toutes aussi belles aux alentours. On adore photographier celles aux portes colorées : jaunes, bleues, vertes, orange… accompagnées de ces jardins géométriques parfaitement entretenus.

Pour la visite de ces maisons, il n’existe pas de balade officielle, et les renseignements ne sont pas des plus faciles à trouver. Nous, de notre côté, on a pas mal recherché sur les blogs/sites américains. Globalement, une bonne partie des très jolies maisons se trouve autour du golf dans le sud de Palm Springs. Les autres sont disséminées dans le reste de la ville.

Voici finalement les rues où on a trouvé le plus de jolies maisons à Palm Springs :

  • Murray Canyon Drive
  • South Camino Real (la partie sud où se trouve le golf uniquement)
  • South Alhambra Drive
  • East Sierra Way
  • East Twin Palms Drive
  • Apache Road
  • East Molino Road

Si vous avez possibilité, le top est de louer des vélos pour parcourir les quartiers résidentiels de la ville. Sinon vous pouvez faire comme nous : tout à pieds en se perdant au grés de nos envies.

En tout cas, Palm Springs étant une ville très à la mode, on a vraiment été surpris sur place par le peu de monde dans les rues des quartiers résidentiels. On s’attendait à voir des troupeaux de touristes en train de faire des selfies devant les maisons, et encore plus devant la fameuse Porte Rose. Mais PERSONNE à l’horizon ! Nous étions tous seuls quasiment tout le temps, ce qui a pour le coup pas mal intrigué les retraités qu’on a pu croiser dans leurs voitures de golf tout de blanc vétus #cliché
Si vous êtes fans d’architecture ou tout simplement de belles maisons, vous allez adorer !

___

Palm Springs City Hall et Tramway Gas Station

Au niveau de l’architecture typique du mouvement Desert Modernism, il y a deux endroits à ne pas rater non plus à Palm Springs, tous les deux conçus par l’architecte Albert Frey :

  • Palm Springs City Hall, qui est comme son nom l’indique, l’hôtel de ville. La structure du bâtiment a été construite pour laisser passer 3 palmiers au centre du hall d’accueil, on adore !
  • Tramway Gas Station, une ancienne station essence qui a été aujourd’hui reconvertie en Visitor Center.

Au vu de l’architecture globale de la ville, on pensait trouver de jolies adresses pour manger ou boire un verre dans le centre de la ville. De ce qu’on en a vu, il n’en existe pas vraiment parce que la plupart des visiteurs préfère squatter les bars et restaurants de leurs hôtels. Et franchement, on comprend pourquoi lorsqu’on voit les prestations offertes par les deux plus connus, l’Ace Hotel et le Saguaro Hotel !

Palm Springs City Hall

___

Les éoliennes

Ces éoliennes au milieu du désert, aperçues aussi de nombreuses fois sur Instagram, nous faisaient bien rêver ! On a fouiné sur les internets pour trouver LE point où l’on peut s’arrêter au plus près d’elles. Pour s’y rendre, il faut emprunter la North Indian Canyon Drive en direction du nord si on vient de Palm Springs, puis s’arrêter à gauche où une route en gravier permet d’accéder au champ d’éoliennes. Les coordonnées GPS pour y accéder : 33°53’17.7″N 116°32’43.7″W.

Le vent souffle très fort dans cette vallée. En France, on a l’habitude d’espacer les éoliennes de plusieurs centaines de mètres. Ici, pas de chichi : dès qu’il y a beaucoup de vent, on colle toutes les éoliennes les unes aux autres, et on profite à fond des conditions offertes par le lieu. Pragmatiques ces Américains…!

Quelle ambiance en tout cas… Mi-désertique, mi-industrielle, avec la vallée de Palm Springs en arrière-plan… On adore encore une fois !

___

Prendre de la hauteur

En arrivant depuis Los Angeles, on a volontairement choisi de faire un détour pour arriver directement par Palm Desert, qui se trouve dans les hauteurs de Palm Springs. On a emprunté la Route 243 qui grimpe au Mount San Jancito State Park. Ici, on est très loins des paysages désertiques de Palm Springs puisqu’on est entouré par les sapins et les montagnes. On se croirait presque dans les Alpes françaises ! Il paraît que là-haut la vue est splendide, mais nous n’avons pas eu la chance de l’admirer puisqu’on a le droit au duo brouillard + pluie pour notre arrivée en Californie #PasDeChance

Ensuite, on a bifurqué sur la Route 74 en direction de Palm Springs. Au fur et à mesure des miles, le paysage change, les sapins laissent place au cactus de Cholla. L’environnement est de plus en plus aride ! Sur les derniers miles, il y a ce beau point de vue sur Palm Springs et Palm Desert, où l’on observe une végétation presque luxuriante accompagnée de quelques golfs… On se demande comment des golfs peuvent exister dans un tel climat !

Si vous souhaitez accéder au pic de San Jancito, on peut aussi emprunter un téléphérique pivotant sur lui-même depuis Palm Springs (celui ci s’appelle précisément « Palm Springs Aerial Tramway »). L’expérience a l’air bien sympa en tout cas. Comptez environ 40 € l’aller-retour.

b/ Combien de temps pour visiter Palm Springs ?

Une demi-journée suffit pour faire le tour de la ville. Par contre, si vous comptez prendre le Palm Springs Aerial Tramway, on conseille de tabler sur une journée.

c/ Où dormir à Palm Springs ?

Si votre budget vous le permet, il y a plein de très beaux hôtels avec piscine. On pense bien évidemment à l’Ace Hotel et au Saguaro Hotel, mais Arrive Palm Springs et Kimpton Rowan Palm Springs Hotel sont également très chouettes.

Si vous préférez faire des économies, on recommande de s’éloigner de Palm Springs et d’aller du côté de Joshua Tree (à 1h de route), parce qu’on trouve sur Airbnb pleins de petites maisons de charme pour environ 70 € par nuit. (Voir également notre sélection de motels à Joshua Tree plus haut dans l’article).

Death Valley National Park
Artist's Palette Death Valley National Park
La Death Valley
Mesquite Flat Sand Dunes Death Valley National Park

3. Death Valley National Park

L’ambiance de ce parc est différente de tous les autres parcs nationaux que nous avons pu visiter au cours de ce road trip. On ne saurait trop l’expliquer pourquoi… Peut-être simplement parce qu’il y a fait bien plus chaud qu’ailleurs, ou parce que le parc possède des paysages variés, incroyablement grandioses, et vraiment différents de ceux de l’Arizona et de l’Utah… Mer de sel, dunes de sable, montagnes à la géologie complètement surréaliste… On se sent si petits dans de tels espaces immenses et dépouillés. Très loin de ce à quoi on pouvait s’imaginer avant d’y mettre les pieds !

Mine de rien, la Death Valley est l’un des plus grands parcs des États-Unis, juste derrière les grands parcs de l’Alaska. Il ne faut pas avoir peur de rouler des heures sur de longues lignes droites désertiques. Alors faites d’autant plus attention à votre jauge d’essence sur place ! Au cas où, pour dépanner, une station essence est installée à Furnace Creek et Stovepipe Wells Village. Mais les prix sont 4 fois plus élevés qu’aux alentours du parc… Une solution de secours uniquement donc !

a/ Que faire et voir ?

Sachant que les différents sites attractifs se situent au centre du parc et que nous venions de Las Vegas, nous avons traversé la Death Valley d’est en ouest. Il faisait dans les 30°C alors qu’on était seulement début avril ! Un sacré choc alors que trois jours avant, on était à Bryce Canyon où il faisait -7°C le matin… Il est donc recommandé de se rendre dans la Vallée de la Mort uniquement à la fin de l’automne, en hiver ou au début du printemps, pour profiter du parc au maximum sans — littéralement — crever de chaud. Au mois d’août, il y fait en moyenne 46°C… Furnace Creek (le point central du parc) détient d’ailleurs le record du monde de la température la plus chaude jamais enregistrée : 56,7°C le 10 juillet 1913 !

Mesquite Flat Sand Dunes Death Valley National Park

Les points de vue

  • Zabriskie Point, un de nos points de vue préférés de tout l’Ouest américain. Il faut y venir au lever du soleil pour encore une fois l’apprécier à son plus beau visage ! Juste avant le lever, les tons rosés du ciel illumine timidement les collines. Dès que le soleil passe par dessus la montagne derrière nous, la lumière orangée vient inonder peu à peu les lieux et crée de fortes ombres dans les creux des collines… Magnifique !
  • Bad Water, qui se situe en dessous du niveau de la mer (-86 m), est le point le plus bas d’Amérique du Nord. N’hésitez pas à faire les 30 minutes de marche pour vous vous rendre au centre du lit de sel de ce lac évaporé. C’est là qu’on est le plus à l’écart des touristes, et c’est bien mieux pour se rendre compte de l’immensité du lieu.
  • Dante’s View, à plus de 1600 m d’altitude et à quelques miles de l’entrée Est. Elle donne un bon aperçu sur toute la Death Valley. Le point de vue était malheureusement fermé lors de notre passage dans le parc. Vérifiez toujours bien les conditions d’ouvertures des différents lieux sur le site officiel du parc.

___

Les balades

  • (en voiture) Artist’s Drive, cette route étroite à sens unique est juste fa-bu-leuse. Il faut bien compter 20-30 minutes pour la parcourir en entière, avec un arrêt à l’Artist’s Palette où l’on peut observer des roches oscillantes entre le vert, le bleu et le violet ! Sinon, c’est un vrai plaisir plaisir de conduire sur le reste de la route, qui alterne entre virages sinueux et route creusée dans la roche.
  • (à pied) Mesquite Flat Sand Dunes, incontestablement notre coup de cœur du parc. Comme au Zabriskie Point, on y vient au lever du soleil ou au coucher pour capter la belle lumière et par la même occasion, éviter le pic de chaleur de la pleine journée. On a vraiment été surpris par la grandeur de cette dune, on pourrait se croire perdu en plein Sahara ! On a pu vivre en direct le coucher du soleil en haut d’une grande montagne de sable, c’était vraiment magique comme moment…
    Pour découvrir la dune, aucun chemin officiel n’est prédéfini. On monte et on descend dans le sable au grés de son envie ! Attention, marcher dans du sable comme ça est particulièrement éprouvant, alors pensez bien à prendre suffisamment d’eau avec vous, surtout s’il fait chaud !
Mesquite Flat Sand Dunes Death Valley National Park
Bad Water Death Valley National Park
Bad Water Death Valley National Park
Mesquite Flat Sand Dunes Death Valley National Park
Zabriskie Point Death Valley National Park
Zabriskie Point Death Valley National Park
Zabriskie Point Death Valley National Park

b/ Combien de temps pour visiter la Death Valley National Park ?

Même si le parc national est l’un des plus grands des États-Unis, une journée suffit pour découvrir les différents points d’intérêt de la Death Valley. Cela dit, il est particulièrement intéressant d’arriver l’après-midi et de repartir le lendemain matin pour avoir les belles couleurs du coucher et du lever de soleil (et accessoirement éviter les grandes chaleurs de milieu de journée, même au printemps ou en automne !).

Si vous souhaitez vous aventurer sur les pistes réservés aux 4×4, il faut prévoir un peu plus de temps sur place par contre.

c/ Où dormir à la Death Valley ?

Le camping reste la solution la plus simple et bon marché pour dormir au cœur du parc. On compte 9 campings dans le parc. Furnace Creek Campground est le seul camping avec réservation à l’avance. C’est également le seul qui offre la possibilité d’avoir de l’ombre sur son emplacement.
Lors de notre passage à la Death Valley, le Furnace Creek Campground était complet, alors nous nous sommes installés au Texas Spring Campground, qui, ceci dit, n’est vraiment pas trop mal, même s’il s’agit d’un camping primitif (comme tous les autres du parc), donc sans douches, mais avec toilettes et eau courante. Attention, certains campings du parc ferment à la mi-avril à cause de la chaleur. Il faut alors se trouver un emplacement dans un camping en altitude pour espérer retrouver (un peu) de fraicheur.

Si votre budget vous le permet, vous pouvez loger dans un des hôtels situés au cœur de la Death Valley : The Inn, The Ranch ou le Stovepipe Wells Village Hotel.

Mesquite Flat Sand Dunes Death Valley National Park

À cet article sur la Californie, il manque bien sûr Yosemite National Park, Sequoïa National Park, la Route 1, San Francisco et Los Angeles… On se garde tout ça au chaud pour un autre futur road trip aux États-Unis ! En tout cas, n’hésitez pas à nous écrire un commentaire si vous avez des questions ou des conseils à ajouter à propos de notre passage en Californie.

À très vite pour la suite de nos aventures aux USA !