Après notre guide pour camper en Islande, puis celui en Écosse, on vous a préparé un nouveau guide pour camper cette fois-ci dans l’Ouest américain, suite à notre voyage là-bas mi-mars. Partir en camping s’impose de plus en plus pour nous comme la vraie solution authentique/économique pour voyager. Et on aime de plus en plus, malgré toutes les galères que ça peut impliquer. Il faut dire qu’on ne choisit jamais les meilleures périodes et destinations pour camper…!

Comme on a pu voir que nos retours d’expérience sur le camping en intéressait plus d’un, on s’est dit qu’il fallait vraiment raconter cette fabuleuse aventure qu’on a vécue aux USA pendant 3 semaines, puisque ce n’est pas du tout le même cadre et la même façon d’envisager le camping par ici comparé à l’Europe.

Si ça vous intéresse, on a rédigé un article sur notre manière d’emmener tout notre matériel de camping dans l’avion. Ça peut vous être utile pour préparer votre prochain voyage dans l’Ouest américain, ou n’importe où ailleurs.

The View, Monument Valley

À quelle période faire du camping dans l’Ouest américain ?

L’Ouest américain est très vaste et les climats sont différents selon les régions. Par exemple, à la fin mars, nous avons eu des nuits à – 7°C au Grand Canyon, alors que ça ne descendait pas en dessous des 20°C à la Death Valley. Camper à cette période n’est donc pas des plus simples. Les mois de mai et octobre nous semblent parfait pour éviter le froid, et en même temps la chaleur écrasante de l’été.

Les campings dans les parcs sont ouverts généralement toute l’année. Certains ferment à l’automne jusqu’à la fin du printemps à cause du froid et de la neige. Renseignez-vous bien sur les sites internet respectifs des parcs.

Lost Dutchman State Park

Les campings dans l’Ouest américain

Au delà du prix des nuitées, le camping dans cette région des États-Unis est l’un des meilleurs moyens pour profiter de paysages d’exception. Si vous n’êtes pas trop branchés camping, peut-être que vous devriez vous y mettre rien que pour ce voyage, car l’environnement unique en vaut la chandelle. On peut le dire sans trop de soucis : nous n’avons jamais campé dans des lieux aussi grandioses qu’ici !

Camper dans l’Ouest américain demande de l’organisation. Contrairement aux précédents voyages qu’on a pu faire, il faut bien réserver en avance — quelques semaines voire 6 mois (!) plus tôt — vos emplacements si vous souhaitez avoir les meilleurs spots. Après, tout dépend dans quel type de camping vous voulez séjourner. Voici les différentes options qui s’offrent à vous dans l’Ouest des USA :

Campings des parcs nationaux (National Parks)

Les plus prisés 😍

Même à la mi-mars, ils étaient presque tous complets alors qu’il faisait en moyenne aux alentours de -2°C la nuit. Les Américains n’ont donc pas froid aux yeux et sont prêts à réserver des mois à l’avance pour pouvoir dormir dans des cadres absolument uniques. L’ouverture des réservations est différente selon les parcs. Cela varie de 6 mois à l’avance jusqu’à parfois seulement 2 semaines avant. Donc ce n’est pas toujours facile pour s’organiser !

Heureusement, certains campings dans les National Parks fonctionnent sans réservation, First come First served comme ils disent. Ça vous laisse donc une chance si vous avez loupé le coche. Par contre, pensez à arriver tôt (dès l’ouverture) le jour de votre voyage pour avoir une chance de séjourner dans le parc national. Pour l’anecdote, au début du voyage, même en arrivant à 10h le matin, tout était complet. À la fin du séjour, pour avoir la chance de camper à Zion National Park, on a dû se lever à 5h du matin pour être présent à 8h au South Campground (qui fonctionne en partie sans réservation) et pouvoir faire la queue en espérant qu’une place se libère. On a eu une sacrée chance puisqu’on a pu obtenir le dernier emplacement libre ! Il faut donc se battre tout le temps, c’est assez usant à la fin, on ne va pas se le cacher…

On comprend l’engouement pour ces campings, car l’environnement est souvent unique et c’est un vrai gain de temps de pouvoir séjourner directement dans le parc. On peut observer tranquillement le lever et le coucher de soleil sans avoir à se préoccuper du trajet vers (ou depuis) le lieu où on passe la nuit.

Les emplacements de camping sont très grands avec toujours un espace pour faire du feu et une grande table de pique-nique. La seule particularité, c’est qu’il n’y a souvent pas de douches ! Ces campings sans douches sont appelés « primitifs » c’est pour dire ! Mais bon, on oublie vite ce détail une fois qu’on y est… D’ailleurs, les campings privés aux alentours des parcs en profite en laissant la possibilité de se doucher dans leurs sanitaires moyennant quelques dollars.
Dans les parcs nationaux, il n’y a pas souvent d’évier non plus, pour faire sa vaisselle par exemple. Alors on rinçait notre gamelle avec un peu d’eau. À la roots ! Ah c’est sûr, il ne faut pas être très regardant sur la propreté !
On s’est longtemps demandé comment faisaient les Américains pour ne pas faire leur vaisselle… avant de comprendre qu’un bon nombre utilisait des assiettes et couverts jetables. Toute l’ambiguïté des parcs naturels américains…

Pour rajouter un côté nature, quelques campings proposent des emplacements Walk-In. Le principe : on gare sa voiture sur un parking, puis on marche jusqu’à son emplacement, donc il n’y a plus trop de voitures visibles. Ça rajoute pas mal de charme à l’expérience camping !

À l’intérieur des parcs nationaux, vous pouvez aussi dormir dans un backcountry camping. C’est une sorte de camping sauvage dans des zones réglementées du parc. Mais il faut toujours demander son autorisation (parfois le jour même avant 16h, et pour d’autres, quelques mois à l’avance) au Backcountry Center du parc. Vu comment nous avons galéré pour obtenir des places aux campings principaux des parcs, nous n’avons même pas tenté cette option…

___

Il faut compter environ 20$ pour un emplacement de camping (jusqu’à 8 personnes) dans un parc. Le prix est le même si on est tout seul ou 8. Vous pouvez réserver vos nuits dans les parcs nationaux sur recreation.gov.

Arches National Park

Campings des parcs d’État (State Parks)

Nos préférés 💛

L’environnement des emplacements équivaut à ceux des parcs nationaux, mais avec en plus les douches ! Et bizarrement le prix de l’emplacement est moins élevé que dans un parc national… Ça vient sûrement du prestige moindre de ces parcs.
Comme pour les campings des parcs nationaux, il faut bien réserver son emplacement à l’avance pour avoir la chance de dormir dans les State Parks. Certains campings fonctionnent sur le système du premier arrivé premier servi, comme à Valley of Fire par exemple. Toujours arriver en avance donc !

___

Le prix d’une nuit en State Park coûte en moyenne 20$. Les droits d’entrée du parc sont quasiment tout le temps inclus dans le prix du camping. Vous pouvez réserver vos nuits dans les parcs d’État sur les sites internet dédiés aux parcs de chaque État. Ici pour l’Arizona et ici pour l’Utah par exemple.

South Campground, Zion National Park
Lost Dutchman State Park

Campings BLM

Le bon plan 👍

Ce sont des aires de campement assez rudimentaires gérées par les États directement, et qui fonctionnent sur le principe du premier arrivé premier servi. Dans tous les cas, il y a toujours une table de pique-nique, un endroit pour faire du feu sur chaque emplacement et des toilettes sèches. Faites attention à avoir de bonne réserve d’eau avec vous car il n’y a pas toujours de point d’eau sur place. Pas besoin de le préciser, il n’y a évidemment pas de douches !

Il n’y a pas non plus d’accueil dans les campings BLM. On choisit son emplacement parmi ceux restants, puis on règle sa nuitée dans une enveloppe qu’on insère dans une boite aux lettres. Du coup les paiements se font plus facilement par cash, mais on peut aussi payer par carte en inscrivant ses coordonnées bancaires dans un emplacement spécifique sur l’enveloppe.

___

Le prix d’une nuit dans un BLM coûte en moyenne 5$. Et certains sont même gratuits ! Tous les campings BLM sont référencés sur blm.gov.

Lost Dutchman State Park

Campings privés

Les campings privés, bien que généralement parfaitement équipés, sont beaucoup moins sexy car les emplacements sont plus petits et sans charme. Allez-y seulement si les autres campings sont complets ou que vous souhaitez un peu plus de confort.

___

Le prix pour un emplacement pour une nuit peut monter jusqu’à plus de 30$. KOA est une chaine de camping des plus répandues et connues aux États-Unis. C’est une bonne alternative si les campings des parcs sont complets ou juste pour avoir plus de confort.

Vous l’avez compris, on recommande vraiment de réserver en avance les campings. Pour certains de nos lecteurs, ça parait déjà impossible de réserver un billet d’avion 6 mois à l’avance, alors pour un camping, on imagine bien la réaction…! Mais sachez que ça vous évitera bien des moments de stress à ne pas savoir où dormir. Imaginez que nous avons à plusieurs reprises galérer pendant des heures pour trouver une place, alors que nous n’étions qu’au mois de mars ! Imaginez en plein été…
Si vous souhaitez tout de même ne pas réserver en avance, on conseille d’arriver le plus tôt possible au camping pour vous laisser le temps de vous retourner si celui-ci est complet. Le top c’est de télécharger l’application iOverlander (merci Dana et Stéph pour la découverte), qui répertorie tous les campings et quelques spots pour se poser. L’application n’est pas très belle mais fonctionne admirablement bien. Elle nous a en tout cas été d’une grande utilité lors de ce road trip.

Nos campings préférés dans l’Ouest américain

Tous les campings où l’on a séjourné sont tops. Une petite préférence pour ceux dans les parcs d’État comme celui de Lost Dutchman et de Valley of Fire. Les emplacements sont vraiment bien aménagés et c’est quand même un gros plus de pouvoir se doucher le matin. À Valley of Fire, la table de pique-nique a même un auvent. Il faut dire que c’est presque indispensable vu la chaleur torride et le soleil qui tape fort.

Dans un autre style, on a bien aimé nos 3 nuits passés au camping privé ACT de Moab. L’environnement était franchement bof, avec un emplacement minuscule et la proximité de la grosse route… Mais l’accueil a été extrêmement chaleureux et les équipements (grande et jolie cuisine chauffée en hiver et climatisée en été, douches, laverie…), nous ont vraiment fait apprécier notre séjour là-bas.

Lost Dutchman State Park
Lost Dutchman State Park
Petit déj' à Valley of Gods (avec beaucoup de vent…)

Les indispensables pour camper dans l’Ouest américain

  • Une tente. Nous avons la Quick Hiker 3P de chez Décathlon. Elle nous suit depuis notre voyage en Islande (ça fait déjà 3 ans !) et on en est très contents ! Elle est toujours en parfait état même après avoir vécue de grosses rafales de vent, le froid et la pluie. C’est une tente pour 3 personnes, mais en réalité elle est plus adaptée pour deux, afin de ne pas être trop serré, et surtout pour mettre quelques affaires persos à côté.
  • Des sacs de couchage. En fonction de la période où vous partez, il vous en faudra des très chauds ou des très légers. Nos sacs de couchage Décathlon 0°C qu’on a utilisé pour notre road trip en Islande et Écosse n’étaient vraiment pas adaptés pour ce voyage. En moyenne, nous avons eu -2°C et ça n’a pas été facile de dormir dans le froid. Encore moins quand le thermomètre est descendu à -7°C au Grand Canyon… Pour parer le froid, nous dormions avec chaussettes, bas technique, haut technique et polaire. Et on se les gelait quand même !
  • Un matelas gonflable ou en mousse. On utilise toujours le même matelas gonflable de chez Décathlon, le dénommé Air Confort. Il est vraiment super confortable et on se croirait presque comme à la maison :) L’inconvénient par contre, c’est qu’il prend beaucoup de place dans la valise, et il faut un gonfleur… pour le gonfler. Autre inconvénient, il n’est pas très résistant… Ça fait deux fois qu’il crève, et pourtant on en prend soin en ne le repliant presque jamais et en sous-gonflant volontairement. Autre point : ce matelas n’est sûrement pas adapté pour le froid, donc si vous partez en hiver, munissez-vous d’un matelas de trekking.
    Pour nos prochaines aventures, on pense investir dans le Air Pump de chez Décathlon. Il est beaucoup plus léger, normalement beaucoup plus résistant, et le gonfleur est intégré au matelas. Gain de place et de poids indéniable !
  • Un réchaud. On a changé depuis notre voyage en Islande pour un réchaud de chez Terra Hiker beaucoup plus stable et plus adapté pour faire de la vraie cuisine.
  • Une popote. Toujours la même popote de chez Laken pour 2 personnes, qui nous suit depuis notre premier road trip en Islande. Cette fois-ci, nous avons emmené avec nous en plus une casserole classique, pour nous permettre plus de possibilités pour cuisiner. De vrais petits cuistots !

À prendre en plus pour être au top !

  • Une glacière pour conserver les aliments au frais. On a testé la NH Fresh Compact de chez Décathlon qui se plie et rentre facilement dans une valise.
  • Des lampes frontales. On a eu les Actik Core de chez Petzl pour Noël et elles nous ont vraiment été d’une grande utilité pour ce voyage. Il faisait nuit à 19h et c’était beaucoup plus pratique pour cuisiner et se balader dans le camping une fois la nuit tombée. Elles sont ultra puissantes, la batterie tient super longtemps et elle est rechargeable en USB. Le top du top !
  • Un convertisseur de tension. Quand on campe dans les parcs nationaux américains, il n’est pas évident de pouvoir recharger son matériel électronique (ordinateur et batteries d’appareil photo). Le convertisseur de tension se branche sur l’allume-cigare et permet de brancher ses appareils pendant qu’on est sur la route. Pour les téléphones portables, on trouve de plus en plus des prises USB dans les voitures récentes qui permettent de les recharger directement sans adapteur allume-cigare.
  • Une batterie de secours de compet’. Elle sert à recharger son téléphone lorsqu’on n’est pas sur la route. Par exemple, nous sommes restés deux jours et demi au Grand Canyon sans prendre le volant. La batterie de secours est de loin le meilleur moyen pour recharger ses appareils électroniques quand il n’y a pas de courant.
The View, Monument Valley
Lost Dutchman State Park

Où acheter sa bouteille de gaz ?

Il est impossible de prendre l’avion avec une bouteille de gaz. À chaque voyage, il faut s’en procurer une nouvelle sur-place.

Aux États-Unis, vous en trouverez dans tous les magasins REI spécialisés dans l’équipement outdoor (c’est l’équivalent de nos Décathlon). On s’est procuré la nôtre chez Safeway, une sorte de Monoprix local avec un rayon camping. Le choix était très limité pour la bouteille de gaz et nous n’avons pas pu dénicher une bouteille adaptée pour les températures négatives. Autant aller directement dans un vrai magasin spécialisé donc !

Où acheter du bois pour faire un feu ?

Dans les campings des parcs nationaux et d’États, on trouve sur chaque emplacement un espace pour faire son feu de camp. Les Américains sont très friands de ça et en profite généralement pour se faire griller des chamallows #cliché. On a voulu se fondre dans la masse et faire notre feu aussi, afin de se réchauffer le soir. Et bien, ça n’a pas été simple…

D’abord, il faut se procurer du bois (ça c’est facile). Ils en vendent dans les supermarchés, dans les stations essence, et parfois directement dans les parcs. Une règle à toujours respecter : ne jamais ramasser du bois autour de vous.

Une fois que vous avez votre bois, vous pouvez faire votre feu en suivant le protocole pour que celui-ci prenne bien (c’est ça le plus dur, surtout quand le temps est humide). Au préalable, on met des brindilles sèches avec du papier et on fait brûlé le tout. Une fois que ça a bien pris, on ajoute la bûche en veillant à ne pas étouffer le feu. Soyez patients, ça va venir ! Bon courage :)

Capitol Reef National Park
Lone Rock
Pique-nique sur la plage de Lone Rock

Quelques idées de recettes végétariennes (et très faciles) à faire en camping

  • Avocado toast : on coupe en deux un avocat, puis on l’étale sur une tranche de pain de mie. Selon les goûts, on peut ajouter un filet d’huile d’olive, une tranche de cheddar ou de la mayonnaise. Puis, on couvre avec une demi tomate tranchée. On enrichit le tout à l’aide d’un œuf mollé avant de saler puis poivrer. Et voilà le tout !
    Cette recette convient parfaitement à ce road trip dans l’ouest américain, car on trouve facilement des avocats « locaux » puisqu’un bon nombre vient de Californie.
  • Les pâtes à toutes les sauces. Ça c’est le basique lors de tous nos voyages. On alterne bien souvent entre pesto et sauce tomate basilic. Pour rajouter un peu de goût, on fait revenir à côté des oignons avec un poivron coupé en lamelle.
  • Le porridge du matin. C’est l’idéal pour avoir pleins de force pour randonner toute la journée. On fait bouillir du lait de riz puis on ajoute des flocons d’avoine. Ensuite on sert le tout dans des bols et chacun ajoute son assaisonnement : miel, cannelle, banane, beurre de cacahuètes, amandes… Un petit dej de champion !
    On le fait de plus en plus en version « Overnight », en mettant du lait de riz et des flocons d’avoine dans un bocal le soir avant de se coucher. Le matin c’est prêt, et c’est presque comme du porridge classique, en plus léger et plus frais.

Rien de très original donc. Si vous avez des idées de recettes faciles à faire en camping, on est preneurs ! N’hésitez pas à les poster en commentaire :)

The View, Monument Valley
Horseshoe Bend

Voilà tout ! N’hésitez pas à nous raconter vos expériences en camping dans l’Ouest des USA ! Toute question/réaction est évidemment la bienvenue :)

À bientôt 😘