Ce voyage dans l’Ouest des États-Unis, nous en revenons tout juste. On peut déjà le dire : ça aura été l’un d’un des plus beaux de notre vie – peut-être même le plus beau… On a un million de choses à raconter, vous n’imaginez même pas !

Avant de rentrer dans le détail du parcours, on tenait à faire un point pratique avec les réponses aux interrogations que nous avions avant de partir sur les routes américaines. Voici donc quelques conseils fort de notre propre expérience là-bas, pour vous aider à organiser un tel road trip de 3 semaines à travers la Californie, l’Arizona, l’Utah et le Nevada.

Si vous ne l’avez pas encore lu, on vous invite à consulter en parallèle notre article sur la conduite aux États-Unis, que nous avons écrit suite à notre voyage sur la côte Est des États-Unis.

Petrified Forest National Park, Arizona
Arches National Park, Utah
Monument Valley, Arizona
Joshua Tree National Park, Californie
Palm Springs, Californie

1. Les formalités d’entrée aux États-Unis

  • Un passeport biométrique valable encore 6 mois au minimum à l’arrivée sur place est nécessaire.
  • Pour un voyage de moins de 90 jours, vous devrez vous procurer l’ESTA (14 $ et valable 2 ans). La démarche est très simple et rapide, rendez-vous sur le site officiel du gouvernement américain (https://esta.cbp.dhs.gov/esta). Attention à ne pas vous faire arnaquer par d’autres sites qui vous le font payer le double ! Une fois la demande d’ESTA effectuée, plus rien à faire, tout est relié sur le passeport !
  • Pour un voyage de plus de 90 jours, il faudra vous procurer un visa.
  • Si vous arrivez du Canada (ou du Mexique), comme on l’avait fait lors de notre précédant voyage, l’ESTA n’est pas obligatoire. Vous devrez juste vous acquitter d’environ 7 $ au passage à la frontière.

Attention : la demande d’ESTA est impossible pour les voyageurs s’étant rendu entre autre en Iran… Un visa est alors nécessaire. Consultez le site du Ministère des Affaires Étrangères pour plus d’informations.

Horseshoe Bend, Arizona
Econo Lodge à Holbrook, Arizona
Valley Of Fire State Park, Nevada

2. Les billets d’avion

C’est clairement ce qui coûte le plus cher pour un voyage si loin de nos contrées. Notre activité de graphiste indépendant nous permettant de partir quasiment quand on veut, on a réservé nos billets en avance dès le mois d’août pour un voyage au mois de mars, soit plus de 6 mois à l’avance ! On a payé seulement 498 € / personne pour l’aller-retour Paris-Los Angeles avec Air France à l’aller et KLM au retour (avec escale à Amsterdam).

Des billets pour Los Angeles à moins de 1000 € pour deux en compagnie régulière, c’est donc tout à fait possible ! Nous avons préféré faire une escale à Amsterdam au retour pour économiser environ 25 € / personne. On aurait pu faire aussi une escale à l’aller, mais on savait très bien qu’un voyage avec escale maximise les chances de perte de bagages… D’ailleurs ça n’a pas raté : nos bagages n’étaient pas sur le tapis à notre retour à Paris !

Un petit conseil du coup : faites toujours attention de ne rien mettre de super important en soute et gardez toujours des affaires pour 2/3 jours dans votre bagage cabine, comme ça vous n’aurez aucun soucis en cas de problèmes avec les bagages en soute ! Une dame dans l’avion avait glissé ses clés de voiture dans son bagage en soute… Elle était sacrément embêtée à l’arrivée à Roissy en voyant que son bagage n’était pas non plus sur le tapis !

Si vos bagages ne sont pas sur le tapis à l’arrivée, il faut garder son calme et ne pas s’inquiéter : vos valises seront directement livrées à votre domicile ou à votre hôtel, et ce, généralement très rapidement. Dans notre cas, ça nous a évité de les trimballer dans le RER et le métro à Paris. Au final on était bien contents !

Death Valley National Park, Californie

On a longtemps hésité à voyager avec Norwegian au vu de leurs tarifs franchement attractifs. Mais au final, en rajoutant les options « bagages en soute de 20 kg » (contre 23 kg inclus avec Air France et KLM), on arrivait au même prix qu’avec Air France et KLM. Peut-être est-il préférable de voyager avec une compagnie régulière plutôt qu’une low cost pour des vols long-courriers dans ce cas-là…
En tout cas, on pense qu’on a vraiment fait une bonne affaire sur le prix de nos billets ! C’est un peu ça qui nous a fait craquer pour ce voyage qui nous faisait tant rêver depuis des années pour tout vous dire. On pensait vraiment devoir dépenser une somme folle rien que pour l’avion, et au final, ça reste tout de même raisonnable.

Pour la rédaction de cet article, on s’est amusé à regarder les prix des billets en fonction des mois de l’année. Si vous voulez en avoir à peu près pour la même somme, il faut clairement partir hors saison : janvier, février, mars, et pourquoi pas octobre ou novembre. Même en s’y prenant 6 mois à l’avance, les prix restent vraiment élevés le reste de l’année !

Venice, Los Angeles
Venice, Los Angeles, Californie
Venice, Los Angeles, Californie
Venice, Los Angeles, Californie

3. L’arrivée à Los Angeles

Pour visiter les parcs de l’Ouest américain, nous aurions pu très bien choisir d’atterrir à Salt Lake City dans l’Utah, puis faire une boucle à partir d’ici. Ça aurait pu être pratique puisque Salt Lake est relativement proche de la majeure partie des parcs. Mais on a préféré atterrir à Los Angeles (LAX) en Californie, car on voulait se rendre jusqu’à Joshua Tree et la Death Valley. De plus, les prix de location de voiture sont plus avantageux à Los Angeles (on en reparle plus bas).

Après avoir retrouvé nos valises, passé la douane et récupéré notre voiture de location, le road trip peut enfin commencer ! Pour la première nuit, on conseille soit de dormir à Los Angeles — histoire de reprendre des forces après les longues heures de vol et la fatigue due au décalage horaire. Si on vous conseille ça, c’est que la conduite sur les autoroutes à Los Angeles – imaginez les 2×10 voies ! – est quelque peu sportive entre les bouchons et les voitures qui doublent de partout. Mieux vaut être en forme si vous n’avez pas l’habitude de conduire dans des grandes villes.

On recommande deux motels pas trop chers à Los Angeles :

  • Le Encore Motel, à proximité du quartier très sympa de Venice, à Los Angeles. C’est le meilleur rapport qualité / prix que nous avons pu trouver. On peut garer la voiture juste en face de sa chambre et visiter une partie de Los Angeles à pieds à partir de l’hôtel. La visite de la ville peut être un véritable enfer si vous devez affronter les bouchons et chercher pendant des heures une hypothétique place de parking à chacun de vos déplacements…
  • Le Best Western Pine Tree, à Chino, à l’est de Los Angeles. De l’aéroport, il faut bien compter 1h30 à 2h pour arriver jusqu’ici vue la circulation, alors qu’on est toujours dans Los Angeles… Cette ville est vraiment gigantesque ! Le motel en soit est plutôt d’un très bon rapport qualité prix, avec un petit déjeuner pas trop mal et copieux. Vous pouvez rejoindre Palm Springs dès le lendemain en un peu plus d’une heure par l’autoroute.
Monument Valley, Arizona
Holbrook, Arizona
Palm Springs, Californie

4. Quand visiter les parcs de l’Ouest Américain ?

Pas facile d’arriver à trouver LA période idéale. Chacune a ses points forts et ses points faibles. On conseille tout de même d’éviter l’été vu les températures qui peuvent être vraiment écrasantes… Le printemps et l’automne nous semblent être les meilleures périodes pour profiter des parcs et pouvoir randonner sans avoir de très grandes chaleurs. Cependant à ces périodes, il peut faire très froid dès qu’on commencer à grimper en altitude !

Nous avons voyagé de la mi-mars à début avril et nous avons eu — il faut le reconnaître — froid, voire très froid. On a eu plusieurs nuits avec des températures négatives (coucou les -7°C le matin au Grand Canyon et à Bryce Canyon !!). Mais ça ne nous a pas empêché d’avoir chaud avec plus de 30°C à Valley of Fire et à la Death Valley. Pour info, les journées à cette période sont plus courtes qu’en été et le soleil se couche tôt : en Californie le soleil se lève vers 6h30 et se couche vers 19h30.

Canyonlands National Park, Utah
Monument Valley, Utah

5. Quels parcs visiter ?

On entre enfin dans le vif du sujet : les parcs de l’Ouest américain. Au cours de notre road trip, on a découvert 8 parcs nationaux (National Parks), 3 parcs d’État (State Parks) et 1 site naturel. Pour les citer (par ordre de préférence — purement subjectif) : Arches National Park, Joshua Tree National Park, The Lost Dutchman State Park, Valley of Fire State Park, Death Valley National Park, Bryce Canyon National Park, Petrified National Park, Canyonlands National Park, Monument Valley, Capitol Reef National Park, Zion National Park, Dead Horse Point State Park et Grand Canyon National Park.

On a choisi d’écarter Yosemite National Park et Sequoia National Park parce qu’on pense déjà revenir dans quelques années pour un autre road trip, qui sera plus axé sur la côte Pacifique et la Californie, où l’on en profitera pour visiter ces 2 parcs, puis par la même occasion San Francisco et approfondir Los Angeles.

Beaucoup nous ont dit qu’ils trouvaient dommage que nous ne soyons pas allés jusqu’à Yosemite, mais c’est un choix mûrement réfléchi : nous voulions volontairement prendre le temps de visiter chaque parc sans se presser, il fallait donc faire des concessions. Et sincèrement, on ne regrette absolument pas, cet itinéraire a été parfait de bout en bout ! Le voici :

Arches National Park, Utah
The Lost Dutchman State Park, Arizona

6. Quel itinéraire pour un road trip dans l’Ouest Américain à partir de Los Angeles ?

3 semaines entre la Californie, l’Arizona, l’Utah et le Nevada

Voici l’itinéraire que nous avons emprunté en partant de Los Angeles :

# JOUR 1 : arrivée à Los Angeles, nuit au Best Western Pine Tree de Chino.

# JOUR 2 : Découverte de Palm Springs, nuit dans une petite maison Airbnb à Joshua Tree.

# JOUR 3 : Randonnée à Joshua Tree National Park, nuit dans la même petite maison Airbnb à Joshua Tree.

# JOUR 4 : Route en direction de Phœnix pour se rendre à The Lost Dutchman State Park, nuit dans le parc.

# JOUR 5 : Direction Petrified National Park, visite du parc et nuit à l’Econo Lodge à Holbrook.

# JOUR 6 : Découverte de Flagstaff et nuit à l’Econo Lodge.

# JOUR 7 : En route pour le Grand Canyon, nuit au Mather Campground au cœur du parc.

# JOUR 8 : Randonnée à Grand Canyon, nuit au Mather Campground au cœur du parc.

# JOUR 9 : Balade à Grand Canyon le matin, nuit au Best Western de Page.

# JOUR 10 : Horseshoe Bend, puis route en direction de Monument Valley, nuit au camping The View en plein cœur du parc.

# JOUR 11 : Découverte de Monument Valley, nuit au camping Creek Pasture à proximité de The Needles à Canyolands National Park.

# JOUR 12 : Promenade à The Needles, nuit au camping ACT à Moab.

# JOUR 13 : Découverte d’Island of the Sky et Dead Horse Point State Park, nuit au camping ACT à Moab.

# JOUR 14 : Balade à Arches National Park, nuit au camping ACT à Moab.

# JOUR 15 : Étape à Capitol Reef National Park, nuit à l’Aquarius Motel à proximité du parc.

# JOUR 16 : Scenic Byway 12, coucher de soleil à Bryce Canyon National Park, nuit au Grand Staircase Inn aux alentours du parc.

# JOUR 17 : Bryce Canyon National Park, Red Canyon, nuit au Grand Staircase Inn aux alentours de Bryce.

# JOUR 18 : Direction Zion National Park, nuit à South Campground dans le parc.

# JOUR 20 : Découverte de Valley of Fire, nuit dans le parc.

# JOUR 21 : Journée à Las Vegas, nuit à Tuscany Suites Resort.

# JOUR 22 : Visite de Death Valley National Park, nuit au Texas Spring Campground dans le parc.

# JOUR 23 : Retour à Los Angeles, nuit à Encore Motel.

# JOUR 24 : Direction l’aéroport et retour à la maison 😢

Cet itinéraire contient donc toutes les adresses où nous avons logé/campé. Certaines d’entre-elles ont été totalement improvisées sur place, ce ne sont donc parfois pas les meilleures, puisque souvent les campings des parcs étaient pleins. En tout cas, l’ensemble des adresses citées sont propres et abordables (ou carrément pas cher du tout), c’est déjà ça :)

Si vous n’êtes pas encore inscrits Airbnb (c’est encore possible ?), en vous parrainant, nous pouvons vous faire gagner 25 € sur votre prochain voyage (et du coup 15 € pour nous aussi !). Il suffit juste de cliquer sur ce lien.

Idée d’itinéraire sur 2 semaines

Pour un road trip plus court, on vous conseillerait d’enlever ou de raccourcir quelques étapes : raccourcir à un jour passé sur place à Joshua Tree, Grand Canyon et Bryce Canyon. On peut également supprimer le passage à The Lost Dutchman State Park, à Flagstaff et Holbrook. C’est difficile d’enlever des étapes, mais il vaut mieux en faire moins, mais le faire mieux !

Y’a t-il un sens à privilégier ?

Franchement, peu importe. On a choisi de commencer par les parcs de l’Arizona — qui sont plus au sud des États-Unis — uniquement pour une question de climat. On se disait que plus on arriverait tard dans l’Utah, plus les températures seraient clémentes. Pour info, en plein hiver il peut faire jusqu’à -20°C à Bryce Canyon alors qu’il peut faire 38°C en été. C’est donc ce qui a fait pencher la balance dans le choix du sens de la boucle ;)

Joshua Tree National Park, Californie

7. Se loger dans les parcs

Pour un séjour centré quasi-exclusivement sur les parcs, le mieux est de dormir directement dedans. Et c’est là que le camping devient encore plus intéressant ! Mis à part Petrified Forest, on peut camper en plein parc dans les campings officiels pour en général 20$, avec la nature et les paysages tout autour. Un vrai régal ! Le « prix » à payer, c’est que les campings des parcs sont souvent « primitifs » et qu’il n’y a que très peu souvent de douches. Mais sincèrement, des fois il vaut mieux ne pas se laver un ou deux jours, et profiter de telles conditions, plutôt que d’aller s’enfermer dans un motel sans charme…! Si possible, réservez 6 mois à l’avance sur le site dédié. Ça peut paraitre totalement exagéré de réserver si longtemps à l’avance, mais croyez-nous : nous avons voyagé mi-mars et tout était souvent complet ! Oui, les Américains campent en toute saison, même quand il fait super froid dehors, soyez donc prévenus :)

Si vous n’appréciez pas les charmes du camping, qu’il fait trop froid ou trop chaud pour aller camper, ou que les campings sont juste pleins partout, l’option motel/hôtel devient donc obligatoire. Sachez que tous les prix existent, du simple au quadruple pour parfois la même gamme. Comparez toujours bien le rapport qualité/prix sur vos sites de réservation favoris.
Dans les grands parcs très touristiques comme Grand Canyon et Bryce Canyon, il existe des lodges mais qui coûtent quand même un bras pour une qualité pas non plus dingue. La meilleure solution reste de dormir en dehors des parcs. Sachez donc que les motels situés juste aux abords des parcs sont souvent assez chers, et qu’il suffit parfois de faire 10/15 minutes de voiture pour en trouver d’aussi bonne qualité à des prix plus intéressants. En faisant attention à notre budget, on s’en est tiré globalement pour un peu plus de 50 € par motel, ils étaient tous très propres et bien équipés, et avec souvent le petit déjeuner inclus. Vraiment pas excessif donc ! Après, il n’y a pas de secrets : plus on réserve tôt et plus on a de chance d’avoir des tarifs intéressants.

Holbrook, Arizona

8. L’entrée dans les parcs

L’entrée est payante pour les parcs nationaux et les parcs d’État. Les prix ne sont pas exactement les mêmes selon les parcs. Pour l’accès aux parcs nationaux, le pass annuel Interagency « America The Beautiful » à 80 $ par véhicule (dans la limite de 4 adultes) est vraiment recommandé. Celui-ci donne également parfois un accès ou une réduction à d’autres parcs. Le mieux est de se le procurer au Visitor Center du premier parc que vous visitez. Il est très vite rentabilisé en sachant que l’entrée dans certains parcs peut coûter 30 $ par véhicule.

Attention, le pass Interagency ne fonctionne pas pour les parcs d’état, il faut donc s’acquitter de nouveaux droits d’entrée qui varient entre 5 $ à 20 $ par véhicule selon les parcs.

Scenic Byway 12, Utah
Scenic Byway 12, Utah

9. La location de la voiture aux États-Unis

Il est compliqué de partir faire un road trip dans les parcs de l’Ouest des États-Unis sans louer une voiture. Il faut dire que la plupart des parcs sont immenses et nécessite d’avoir son propre véhicule pour se rendre aux différents points de vue et chemins de randonnées. Pour ce road trip, nous avons comparé les prix sur Rentalcars.

Suite à de mauvaises expériences lors de nos précédents voyages (à Tenerife et en Écosse pour ne pas les citer), nous avons choisi cette fois-ci de ne pas choisir forcément l’agence la moins chère, mais de sélectionner le loueur avec la meilleure réputation pour éviter au maximum de se faire facturer des frais inutiles ou de se faire à moitié arnaquer à la réception de la voiture. Pour ça, on regarde sur Google Maps les avis, en complétant avec les avis postés sur Rentalcars. Certes, il faut toujours se méfier des avis, mais si une agence est mal notée avec 120 personnes qui expliquent qu’elles se sont fait arnaquer, autant l’éviter !

On est donc repassés cette fois-ci par Alamo (comme lors de notre premier voyage aux États-Unis) et on a été très contents une nouvelle fois de leurs prestations. Les prix de location sont certes un peu plus élevés que chez la concurrence, mais on ne nous a pas forcé à prendre des assurances supplémentaires et inutiles. Le petit plus, c’est qu’à LAX, on peut choisir sa voiture sur le parking. Au retour le personnel a plutôt été très tolérant sur la propreté du véhicule — imaginez la tonne de sable orange qu’il y avait à l’intérieur !
À titre d’indication, nous avons payé 596 € pour un Toyota Rav 4 (non 4×4) tout neuf avec toit ouvrant, sur 22 jours de location.

Attention, si vous avez moins de 25 ans ou que vous venez d’obtenir votre permis, on vous fera facturer des frais supplémentaires qui peuvent vite faire monter l’addition. Renseignez-vous donc bien à l’avance sur les conditions indiquées sur le contrat !

Faut-il louer un SUV ou un 4×4 pour un road trip dans l’Ouest américain ?

C’est une question qu’on s’est posée lors de la planification du voyage. Au début, on était partis pour prendre une voiture dite « économique », puis on a vu concrètement par où on allait passer, et on s’est vite rendu compte qu’on allait devoir traverser plusieurs pistes, notamment à Monument Valley, et Valley of the Gods… Un SUV était donc théoriquement plus adapté pour ce type de route.

Maintenant que nous sommes revenus et que nous avons pu conduire sur ces pistes — en l’occurrence avec un Toyota Rav 4 —, on peut le dire : un SUV n’est pas obligatoire mais c’est clairement plus confortable. On pense qu’une voiture dite « économique » (une berline quoi) ou une autre voiture non-surélevée aurait pu très bien faire l’affaire en roulant doucement et en faisant attention au bas de caisse. On connait des personnes qui ont fait la piste à Monument Valley sans difficultés avec une Toyota Yaris ! Le mieux quand même, c’est de faire en sorte d’avoir une voiture avec un bas de caisse assez haut, comme ça aucun soucis normalement !

Arches National Park, Utah
Palm Springs, Californie

Faire le plein d’essence

Faire le plein aux États-Unis s’avère être une vraie galère quand on a une carte bancaire française. Aucune station ne fonctionne de la même façon, c’est assez rageant et incompréhensible !

Pour faire simple : le plus souvent on glisse la carte bancaire, on choisit le carburant, on fait le plein et on en parle plus. Sauf que souvent la machine demande s’il s’agit d’une carte de crédit ou de débit (sauf que « débit » ne veut pas dire la même chose en France qu’aux États-Unis !), et là ça ne fonctionne jamais pareil ! Dans tous les cas, essayez de taper « Credit », puis s’il vous demande un code postal (ZIP code), tapez « 99999 » (merci à nos amis québécois pour l’astuce !).

Si ça ne fonctionne pas et que la machine indique « See Cashier », il faut se rendre à la caisse AVANT de faire le plein, choisir un montant, payer, faire le plein, et si on dépense moins que prévu, retourner à la caisse se faire rembourser la différence… Fastidieux ! Si on souhaite payer en cash, il faut dans tous les cas se rendre à la caisse et répéter les étapes comme expliqué juste avant.

Si vous avez la possibilité d’avoir internet sur place, on vous recommande le site GasBuddy pour comparer les prix des stations essence (le site fonctionne uniquement avec une adresse IP américaine, donc vous pourrez logiquement le consulter avec le wi-fi d’un hotel ou si vous avez une carte SIM locale). Attention tout de même à ne pas vous rendre dans les stations service où une carte de membre est nécessaire (Costco par exemple). On vous recommande aussi de lire notre guide complet sur la conduite aux États-Unis avant votre voyage.

Zion National Park, Utah
Death Valley National Park, Californie
Valley of the Gods, Utah
Bryce Canyon National Park, Utah

10. À mettre obligatoirement dans sa valise

À compléter bien évidemment avec tout le matériel de camping si vous voyagez par ce biais-là. N’hésitez pas à lire notre article dédié à ce sujet.

11. Faut-il s’arrêter à Las Vegas ?

C’est vrai qu’on a longtemps hésité à s’arrêter à Las Vegas. L’image qu’on avait de la ville nous rebutait : les excès, la surconsommation, les casinos, l’architecture, les bars à strip-tease… Rien qui nous intéresse de prime abord.

Finalement, ce sont les prix assez intéressants des hôtels le long du Strip qui nous ont poussé à aller au-delà de nos préjugés. Aussi, on savait qu’après quelques nuits en camping, on serait vraiment contents de dormir à l’hôtel. Nous avons payé 50 € pour une suite au Tuscany Suites, avec accès aux deux jolies piscines. Presque imbattable ! Évitez le vendredi et le samedi si vous voulez rester dans des prix abordables en tout cas.

Au final, une fois arrivé sur place, on était contents d’être ici ! Il faut dire qu’après plus de 18 jours à vagabonder dans la nature loin des villes (et dans le froid), on était sacrément impatients de retrouver une grande ville !

Bilan de cette journée (et nuit) à Las Vegas : plutôt positif. On s’est pris au jeu en faisant la tournée des casinos (on a testé entre autre ceux du Venitian et du New York New York), en jouant à la roulette (c’est le jeu le plus intéressant pour les débutants au casino), en gagnant, en perdant, et en attendant que les serveuses viennent nous offrir des verres. Il faut ajouter à ça quelques cocktails qu’on boit pompettes en marchant le long du Strip le soir pour voir les illuminations. Bref, au final on a bien rigolé ! Une soirée à Las Vegas qui vaut le détour pour découvrir un monde à 10000 lieues de notre quotidien… Et c’est sûrement comme ça qu’il faut le vivre :)

Las Vegas, Nevada

12. Faire ses courses aux États-Unis. Comment ça se passe si je ne veux pas manger d’OGM ?

On pensait vraiment galérer pour toute la partie courses/alimentaire avant de partir aux USA. Au final, ça a été une bonne surprise sur place. Pour trouver des produits bio/sans OGM/sans antibiotiques et toutes ces saloperies dont les Américains sont les spécialistes, rendez-vous dans les chaînes bio/naturelles Whole Foods Market, Trader’s Joe, ou encore Natural Grocers (avec une petite préférence pour ce dernier, moins usine et plus « local » que les autres).

N’hésitez pas à faire un tour dans les rayons bios des chaînes de supermarchés classiques, le bio commence à pointer le bout de son nez à l’instar de ce qui se fait de plus en plus dans la grande distribution en France. On a bien aimé la gamme « O Organics » des supermarchés Alberstons et Safeway.
Personnellement, on préfère éviter le géant Walmart, parce que l’enseigne vend des armes dans ses magasins, c’est même l’un des plus gros vendeurs d’armes aux États-Unis. On ne pourra donc pas vous dire s’ils ont une gamme bio.

Bon après, pour trouver des magasins comme Biocoop en France, acheter du vrai local, etc… Ça se complique un peu, surtout dans les endroits reculés comme dans l’Utah pour le coup. À noter une belle adresse à Moab, Utah : Moonflower Community Cooperative.

Dans tous les cas, sachez que si on ne veut pas acheter de la « merde » aux États-Unis, les prix sont tout de suite plus élevés. Si on achète bio, alors là, il faut carrément faire un x2 par rapport au prix en France.

Pour trouver les produits biologiques, repérez le logo « Organic USDA », équivalent du label européen. Pour les fruits et légumes, tous les produits sont étiquetés avec un code à 5 chiffres : ceux commençant par 9 sont bios. Évitez ceux débutant par 8 puisqu’il s’agit d’OGM !

13. Le budget pour un road trip dans les parcs de l’Ouest américains

À titre de comparaison, ce road trip nous a coûté moitié moins que celui que nous avons réalisé il y a 1 an et demi sur la côte Est. Nous n’étions pas du tout dans le même type de voyage (uniquement Airbnb + hôtel, en ajoutant une semaine à New York) donc rien d’illogique.
Quand on fait le calcul : sur 23 jours, on a dépensé 71 €/personne/jour. Ce montant comprend absolument tout : avion, essence, voiture, motels, campings, courses, restaurants…

Petite précision : nous avons voyagé la moitié de notre road trip en motel et l’autre en camping. Faire du camping aux États-Unis, c’est donc une bonne façon pour faire réduire son budget !

14. Quelle assurance voyage ?

On ne prend jamais d’assurance pour nos voyages, puisqu’en cas de pépin, on compte toujours sur l’assurance de notre carte bancaire Visa Premier (prise chez Boursorama en l’occurence) qui nous couvre convenablement en cas de pépin avec la voiture de location, ou pour tout soucis de santé. Si vous n’êtes pas couverts par votre carte, réfléchissez sérieusement à prendre une assurance, les soucis de santé peuvent coûter un bras aux États-Unis et au Canada !

Capitol Reef National Park, Utah

15. Les sites utiles

  • www.roadtrippin.fr, une vraie mine d’informations sur les parcs de l’Ouest avec toutes les randonnées et points de vue renseignés. On n’aurait pas pu faire sans !
  • www.recreation.gov, pour toutes les informations sur les parcs nationaux et pour réserver les campings.
  • esta.cbp.dhs.gov/esta/, pour obtenir l’ESTA qui donne l’accès pendant 90 jours aux États-Unis.

On espère avoir répondu à toutes vos interrogations sur la préparation d’un road trip dans les parcs de l’Ouest américain. Si vous avez des questions ou des retours d’expérience à partager, n’hésitez pas à nous laisser un message ;)

Bon voyage !