Pour notre quatrième jour en Islande, nous avons donc pris la route de Landmannalaugar, site réputé pour ses nombreuses randonnées à couper le souffle. On doit dire que pour le coup, nous nous étions vraiment bien renseignés sur l’itinéraire à prendre et les petites péripéties qui nous attendaient…

Toutes ces informations sont plutôt difficiles à trouver dans les guides et sur internet. On a donc choisi d’écrire un article détaillé sur ce qui nous semble être les deux meilleurs itinéraires pour se rendre à Landmannalaugar : d’abord depuis l’ouest à partir de Selfoss, puis depuis le sud en provenance des alentours de Vík.

L’accès à Landmannalaugar est possible seulement de mi-juin à mi-septembre. Les dates varient selon l’état des routes.

Sur la route 32

Première partie : Landmannalaugar depuis Selfoss par la 30, 32 puis F225

Après avoir fait le plein à Selfoss, nous voilà partis sur la route 30 en direction du Nord-Ouest. Après quelques petits kilomètres, il faut vite basculer sur la 32 longue d’une cinquantaine de kilomètres.

La route 32 est en elle-même quelque chose d’assez surprenant à emprunter : elle commence par longer un grand court d’eau, puis traverse de belles prairies avant de se retrouver au milieu d’un désert rappelant les fins fonds du Far West américain. À couper le souffle !

Route 32 Sur les hauteurs

Háifoss : les plus belles chutes d’Islande (enfin… nos préférées)

Toujours sur la 32, on vous conseille de faire un petit détour – petit détour en Islande se transforme vite en une escapade d’une heure et demie – pour aller observer l’une des plus belles cascades d’Islande : Háifoss. Indiquée (à notre connaissance) sur aucun guide touristique majeur, c’est en parcourant les forums sur internet qu’on a trouvé cette sublime cascade qui vient se jeter dans un canyon de près de 122 mètres de haut. Splendide !

Pour y accéder, ce n’est franchement pas bien indiqué, alors suivez bien ce qui suit :`

  • 42,7 kilomètres après l’embranchement de la route 30 et 32, une piste tourne vers la gauche en indiquant Laxargllüfur (voir sur Street View). Cette piste passe sous la ligne de haute tension parallèle à la route 32 (donc si jamais vous vous apercevez que cette ligne de haute tension se met à ne plus suivre la route, c’est que vous êtes allés trop loin !).
  • Une fois sur la piste, vous arrivez rapidement à un petit embranchement, et il vous faudra tourner à droite. La route qui suit est assez désagréable à conduire, mais praticable sur une bonne moitié avec une petite voiture. Mais arrivés à la moitié du parcours, une grande bosse semble impossible à franchir pour un véhicule classique, un 4×4 est donc quasi-obligatoire pour la suite (ou vous pouvez finir à pied, mais il y en a facilement pour 3/4 d’heure de marche !).

Le chemin est assez long et tortueux mais ne vous inquiétez pas, vous allez finalement arriver sur un petit parking qui vous offrira un point de vue exceptionnelle sur le la chute d’Háifoss !

Háifoss Plus de 122 mètres de hauteur !
Coucou les montons !

De la route 32 à Landmannalaugar : quel itinéraire choisir ?

Après avoir traverser un grand pont en bois tout mignon (et très photogénique), vous arrivez à l’embranchement entre la route 32, la 26 et la F26.

Et là, vous vous retrouvez devant deux choix cruciaux pour rejoindre Landmannalaugar :

  • Soit vous continuez tout droit en prenant la direction de la F26, puis la F208 Nord. Ces deux pistes sont en réalité accessibles avec n’importe quel véhicule puisqu’elles sont en relatif bon état et surtout, sans gué à traverser. En théorie, les 4×4 sont les seuls à y être autorisés, mais dans la pratique, de nombreuses petites voitures prennent le risque et vont jusqu’à l’entrée de Landmannalaugar. Attention tout de même, on rappelle que c’est interdit par les agences de location et que la route n’est quand même pas non plus de tout repos…
  • Soit vous tournez à droite en prenant la 26 (direction Hella), puis la F225. Selon nos recherches, c’est de loin l’itinéraire le plus beau des deux, mais il est exclusivement réservé aux 4×4 conduits par des pilotes avisés (car c’est une vraie piste sinueuse et il y a quelques gués à traverser). Mais elle vaut vraiment le coup !

Dans tous les cas, sachez que le rapport temps/distance sur ce genre de routes n’est pas du tout le même que sur les routes classiques. Ainsi, pour une cinquantaine de kilomètres ici, vous aurez facilement deux à trois heures de route, sans compter les nombreuses pauses pour les photos !

Sur la 32 Le petit pont en bois tout mignon
F225 En route pour l'aventure !

Landmannalaugar, par la F225

Après quelques kilomètres sur une route 26 (qui est une gravel road dans un état déplorable), tournez à gauche pour pénétrer sur ce petit espace avant l’entrée de la F225. De grands panneaux vous annoncent la couleur : 4×4 obligatoire et gués à traverser !

La piste commence tout doucement et demeure plutôt bien roulante, malgré la présence de nombreux nids de poules et de grandes flaques d’eau. Les paysages sont incroyables et vont de surprise en surprise, avec une sensation d’être seuls au monde. Ici, pas de réseau téléphonique et une voiture croisée en moyenne toutes les 10 minutes.

F225 Surtout, ne pas avoir peur de salir la voiture
F225
F225

Après quelques kilomètres, les choses sérieuses commencent : le premier gué ! Celui là ressemble plus à un ruisseau qu’autre chose, mais pour un premier, on peut dire que ça secoue un petit peu… Quelques kilomètres plus loin, après avoir longé une rivière, la route s’arrête brutalement au bord de celle-ci ! Il faut traverser une rivière longue de 20 mètres !

F225 Le premier gué, tout petit celui-ci !
F225 Splash !
F225 20 mètres à traverser !

Si vous ne le sentez pas, patientez un peu et regardez comment s’y prennent les autres voitures… s’il y en a qui passent bien sûr ! (Nous, on a du attendre près de 50 minutes avant quelqu’un traverse !). Mais en fait, en roulant en première à vitesse constante, ça passe presque tout seul… Et qu’est-ce que c’est jouissif de traverser une rivière en voiture !

F225
F225
F225 Seuls au monde !

L’arrivée à Landmannalaugar

Après ce très grand gué, il reste encore une bonne vingtaine de kilomètres à franchir avant d’enfin arriver sur le site. Mais alors qu’on pensait avoir fait le plus difficile, c’est l’arrivée à Landmannalaugar qui est en fait le plus compliqué !

Juste à l’entrée du site, on doit traverser non pas un, mais deux gués successifs, et pas des moindres ! Ils sont tellement impressionnants que 3/4 des gens préfèrent laisser leur voiture et traverser ces deux rivières par un pont piéton.

Mais rien n’est impossible, alors, après avoir observer de bons gros 4×4 traverser et s’enfoncer dans le lit de la rivière, nous les avons suivi avec notre pauvre « petit » Duster et quelles sensations ! Quelle adrénaline !

Landmannalaugar Le fameux double-gué !
Landmannalaugar Plus que la moitié à traverser !

Seconde partie : Landmannalaugar depuis Vík, par la F208 Sud

Cet itinéraire est pratique si vous venez du Sud, mais sachez que la F208 Sud est un niveau au dessus de la F225. Au lieu des tous petits gués à traverser avec une seule vraie difficulté, la F208 Sud compte une dizaine de gués avec de belles rivières à traverser.

Si vous n’avez jamais traverser de gués donc, on vous recommande vraiment d’emprunter la F225 pour commencer, puis de redescendre par la F208 – et c’est ce qu’on a fait, sans regrets. Quelque soit l’itinéraire choisi, il faut quand même traverser le double gué de l’arrivée à Landmannalaugar, qui lui reste du plus loin le plus périlleux !

Niveau paysage, c’est un désert montagneux comme sur la F225. Comptez 3 bonnes heures pour faire les 75 kilomètres de piste depuis la route 1, et 3h30 depuis Vík. Inutile de dire qu’un 4×4 est obligatoire :)

De Selfoss à Vik via Landmannalaugar
par la F225 et la F208 sud

Les fabuleuses randonnées de Landmannalaugar sont à découvrir dans notre article par ici !