Seljalandsfoss

Parmi les centaines de cascades que vous croisez lors d’un voyage en Islande, voici l’une des plus atypique. En effet, elle ressemble à beaucoup d’autres, mais ce qui en fait sa grande singularité, c’est qu’on peut y passer derrière ! Qui n’a jamais rêver (si, si !) de voir l’envers du décors d’une grande cascade ?

Alors bien sûr, il ne faut pas s’attendre à une promenade de santé puisqu’on en ressort totalement trempé. K-Way et capuche sont donc obligatoires pour y accéder, et attention aux glissades !

Seljalandsfoss
Seljalandsfoss
Seljalandsfoss
Seljalandsfoss
Seljalandsfoss
Seljalandsfoss

Les îles Vestmann

La route menant à Landeyjahöfn, lieu du départ du ferry pour les îles Vestmann se trouve juste en face de Seljalandsfoss. On vous recommande vraiment d’y faire le détour d’une petite journée.
Voir notre article dédié sur les îles Vestmann.

Skógafoss

En continuant la route, on passe devant l’Eyjafjallajökull, le glacier qui abrite le fameux volcan Eyjafjöll. Vous vous souvenez de lui ? Il avait eu la bonne idée de se réveiller en 2010 et de cracher des tonnes et des tonnes de cendre dans l’atmosphère, ce qui avait paralysé l’ensemble de l’espace aérien de l’Europe pendant plusieurs jours !

Quelques kilomètres plus loin, nous voilà à Skógafoss. Voici à nouveau une cascade impressionnante, puisque très large et puissante. Impressionnant !

Skógafoss

Solheimajokull

On continue sur la route 1 et on arrive vite sur le grand glacier Solheimajokull. Ce n’est pas forcément le plus bel endroit qu’on peut voir en Islande, mais il permet de se rendre compte concrètement des effets du réchauffement climatique en cours.
En effet, le Solheimajokull fond de près de 50 mètres par an, et si le réchauffement dépasse les 2 degrés, lui comme l’ensemble des glaciers d’Islande disparaitront d’ici 2100

Solheimajokull

Le fameux avion crashé de la US Navy

Il y a quelques mois, il était encore presque inconnu et il fallait une bonne dose d’organisation et de chance pour pouvoir tomber dessus. Mais aujourd’hui, c’est presque devenu un incontournable pour toute personne qui suit un tant soit peu les blogs voyages : l’avion crashé de la US Navy ! Justin Bieber y a même tourné son dernier clip dessus, en mode skateur beau gosse trop rebelle, c’est pour vous dire !

Pour le trouver, il suffit juste de prendre la route 1, entre Solheimajokull et Dyrhólaey, et de trouver un embranchement sur la droite (si on va vers Vík) qui permet d’accéder à la piste qui y mène (les coordonnées GPS sont juste en dessous). En haute saison, il y a souvent deux/trois voitures garées à l’entrée, vous ne pourrez donc pas la rater.

La piste est officiellement réservée aux 4×4, mais officieusement, tout véhicule peut se permettre de l’emprunter. Certes, ça secoue pas mal, mais ça vous évitera de marcher pendant 45 minutes pour parcourir les 3,8 kilomètres de piste sur une plage de cailloux désertique.

Pour la petite histoire, en pleine Guerre Froide le 24 novembre 1973, alors que l’US Navy avait une de ses bases militaires à Keflavík, un de leurs avions (un Douglas DC-3 pour être très précis) a été contraint de s’écraser sur la plage de sable noir de Sólheimasandur, suite à un problème de carburant. Tout l’équipage a survécu, mais la carcasse de l’avion est restée là, béante, depuis tout ce bout de temps.
Alors qui aime l’ambiance fin du monde à laWalking Dead sera ravi de découvrir cette carcasse d’avion très photogénique, gisante au milieu de rien !

Les coordonnées GPS pour trouver l’avion de l’US Navy :

  • L’embranchement de la piste avec la route 1 : 63.491275, -19.363030
  • L’emplacement de l’avion en lui-même : 63.459523 -19.364618
L'avion de la US Navy
L'avion de la US Navy
L'avion de la US Navy
L'avion de la US Navy
L'avion de la US Navy
L'avion de la US Navy
L'avion de la US Navy

Dyrholaey

Plus loin sur la route 1, quelques kilomètres avant Vík, on prend à droite vers les grandes falaises de Dyrholaey. Après une petite grimpette en voiture, on arrive au sommet de cette mini-péninsule haute de 120 mètres. Autant dire qu’il ne faut pas avoir le vertige ! Mais la vue est incroyable et offre un point de vue magnifique sur la grande plage de sable noire juste en dessous. C’est aussi un lieu privilégié pour observer les macareux, mais pour ça, il faut s’y rendre entre mai et août.

Dyrholaey De jeunes mariés en pleine séance photo
Dyrholaey
Dyrholaey

Vík

C’est la seule « grande » ville avant très longtemps si vous continuez vers l’est. Pas grand chose d’intéressant là-bas, à part la petite église au toit rouge perchée sur les hauteurs. Par contre on vous recommande vivement le camping de Þakgil qui se trouve à quelques kilomètres au nord de Vík, qui lui, vaut vraiment le coup avec sa grande grotte en guise de salle commune !

Le camping de Þakgil, proche de Vík

Un grand détour vers Landmannalaugar ?

En continuant la route vers l’est, on tombe sur le croisement avec la F208 sud qui mène à Landmannalaugar en 3 bonnes heures avec quelques gués à traverser.

Retrouvez tous nos conseils pour y accéder par ici.

Skaftafell

Après un arrêt mérité au camping de Svínafell (situé à quelques kilomètres à l’est, mais avec BEAUCOUP moins de monde que le camping sur place), nous prenons donc la direction de Skaftafell. Ce lieu est en fait la porte d’entrée du plus grand glacier et parc national d’Europe : le Vatnajökull. Impossible de rater cette grande tache blanche sur la carte de l’Islande !

Différentes activités sont proposées sur place, mais tout dépend – comme partout – du temps que vous avez. De notre côté, on a choisi de partir pour la mini-randonnée d’une heure en direction de Svartifoss, l’une des plus belles cascades d’Islande. La randonnée est plutôt tranquille, on a même pu profiter d’un grand soleil et retirer nos parkas et pulls !

Après une petite heure de marche, nous voici donc cette devant cette sublime cascade, encerclée d’orgues basaltiques du plus bel effet. Une petite randonnée tranquille qui vaut vraiment le coup !

La cascade de Svínafell à Skaftafell
La cascade de Svínafell à Skaftafell
La cascade de Svínafell à Skaftafell

Jökulsárlón

C’est le dernier joyaux de cette côte sud, et non pas un des moindres. Résultant de la fonte d’un des bras du glacier Vatnajökull, ce lac, qu’on appelle proglaciaire (ça peut être utile de le savoir au Trivial Pursuit), est une petite merveille de beauté. Pour tout vous dire, c’est assez hallucinant comme sensation de se retrouver devant des icebergs. On ne se rend pas forcément compte sur les photos, mais ils dégagent une luminosité et des nuances de bleu qui sont assez incroyables. Et en bonus, on peut observer des phoques en train de pécher dans l’eau glacée !

La taille du lac a presque doublé depuis 1975, ce qui le rend, certes, encore plus impressionnant, mais également effrayant quand on sait qu’il résulte de la fonte et de la chute des icebergs du grand glacier…dues – encore une fois – au réchauffement climatique !
Jökulsárlón est donc un endroit inévitable si vous vous rendez dans le Sud de l’Islande, et ça vaut vraiment le coup d’y faire le détour !

Prochaine étape : l’Est de l’Islande !

Jökulsárlón
Jökulsárlón
Jökulsárlón
Jökulsárlón
Jökulsárlón
Jökulsárlón

Le Sud de l'Islande